Oneaction
Empowering Changemakers

Accès à l'éducation à Bodh Gaya 2

Aperçu du projet

OneAction est désireuse de donner accès aux enfants de Bodh Gaya, dans l’État indien du Bihar, à des compétences, connaissances, et valeurs qui leur permettent de s’intégrer et de contribuer à une société pluraliste. Dans une première étape, OneAction a soutenu l'école Gyan Niketan, qui offre une éducation gratuite à plus de 300 enfants issus des castes les plus basses. Elle souhaite maintenant compléter ce projet en offrant à des enfants issus de milieux modestes l’opportunité d’intégrer une école anglophone de qualité à un prix abordable. Ce nouvel établissement contribuera également à soutenir le fonctionnement de la première école.


Projects   english medium school   1 Projects   english medium school   2 Projects   english medium school   3 Projects   english medium school   4

Thématiques

Éducation, Empowerment

Durée du projet

2019 - 2023

Bénéficiaires

Directs : chaque année, environ 350 enfants âgés de 3 à 14 ans issus des milieux modestes, dont 30% des castes défavorisées
Indirects : chaque année, les 300 élèves de l'école Gyan Niketan et plus de 150 membres des familles des élèves sortants de l'école anglophone

Budget

Budget total sur les quatre ans : environ 400'000 CHF
Fonds requis : environ 320'000 CHF


Contexte

Le Bihar est l’un des États les plus peuplés, pauvres et conservateurs de l’Inde. Les castes les plus basses y sont le plus représentées ; 34% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, et environ la moitié a moins de 19 ans.

Ce projet répond aux problématiques suivantes :

Un accès à l’éducation limité 

En Inde, bien que l’école soit obligatoire, plus de 80 millions d’enfants issus de milieux défavorisés sont déscolarisés. Au Bihar, plus de 15% des élèves arrêtent l'école après 5 ans de primaire et le taux d'illettrisme est le plus élevé du pays (36%), en particulier dans le district de Gaya (45%). À Bodh Gaya, de nombreux enfants issus des castes les plus basses sont marginalisés et exclus de tout enseignement scolaire.

Un système éducatif public déficient

Le système scolaire publique du Bihar est inadapté, en raison du taux d’absentéisme des enseignants et du ratio enseignants-élèves très élevés, mais aussi simplement du nombre insuffisant d'établissements scolaires. C'est pourquoit les écoles privées le supplante peu à peu et offrent souvent une éducation de bien meilleure qualité. Cependant, les frais de scolarité y sont élevés, représentant près d’un quart des revenus d’une famille de classe moyenne, qui courrent alors le risque de s'endetter fortement. 

Un taux de chômage élevé parmi les jeunes

27% de la population du Bihar a entre 15 et 30 ans et 17,5% d’entre eux sont au chômage. Cela affecte profondément la société locale et engendre d’autres problématiques telles que la violence, l’extrémisme, l’alcoolisme ou encore la ségrégation des castes défavorisées. En effet, le Bihar est un des États qui enregistrent le plus grand nombre de violences communautaires.

L’importance de la pratique de l’anglais  

L’anglais est la seconde langue officielle du pays et, dans un contexte de fort développement économique, représente une compétence essentielle dans de nombreux secteurs professionnels. La qualité de son enseignement en école publique est faible, et l’anglais reste ainsi l’apanage des plus aisés. À l’image d’un ascenseur social, il représente un outil important pour permettre aux membres des castes les plus basses de sortir de la précarité et de s’intégrer dans la société.


Notre partenaire

Depuis 2012, OneAction collabore avec l’ONG indienne A Future of Children in Bodhgaya Society. Brajesh Kumar, son directeur, est au bénéfice d’un diplôme des sciences de l’éducation. Très impliqué dans la société locale, il participe depuis plus de 10 ans à renforcer le système éducatif pour les enfants et adolescents de Bodh Gaya et de ses alentours. Brajesh a fondé l’ONG en 2004 lorsqu’il a créé l’école Gyan Niketan, qui offre une éducation gratuite à environ 300 élèves dalits (autrefois considérés comme « intouchables ») et auparavant sans accès à l’éducation. Brajesh Kumar sera également responsable de la mise en place de la nouvelle école anglophone.


Le projet

Une éducation de qualité offrant des perspectives futures

L'école accueillera jusqu’à 350 enfants âgés de 3 à 14 ans qui profiteront d'un curriculum enseigné en anglais (basé sur un système fédéral) et d'un enseignement de qualité supérieure. Cette qualité sera assurée par un nombre d'élèves limité par classe (considérablement moins que dans le système public) et par une sélection d’enseignants locaux choisis en fonction de leur diplôme universitaire, de leur niveau d'anglais, et de leur expérience. De plus, nous nous engagerons à étendre les perspectives des élèves en diversifiant leurs activités et en renforçant leur apprentissage : nous enverrons notamment des volontaires anglophones compétents pour des séjours de longue durée ; nous fournirons des ateliers de développement personnel pour sensibiliser les élèves aux notions de respect, de compassion, de responsabilité civile et de travail en équipe ; et nous mènerons des activités de bien-être telles que le yoga et la méditation. Les étudiants de dernière année recevront un conseil personnalisé pour la poursuite de leur scolarité secondaire ou leur formation professionnelle et seront épaulés dans leurs démarches. L’école leur permettra d'accéder à une éducation secondaire de qualité - voire à des études supérieures -, et de disposer d’outils qui élargiront leurs opportunités professionnelles dans une région où la demande en personnel anglophone ne cesse de grandir. Le renforcement de la capacité d’agir des élèves et l’amélioration de leurs conditions de vie bénéficieront aussi leurs familles qui verront leur statut économique et social progresser.

Une école accessible aux enfants défavorisés

Les frais de scolarité seront bien moindres que dans les autres écoles anglophones privées de la région afin d'intégrer les enfants issus de familles modestes, dont les parents ont les ressources suffisantes et le désir de s'engager dans l'éducation de leurs enfants en leur offrant une qualité pédagogique supérieure à celle du système public. Nous ciblerons particulièrement les enfants originaires des scheduled castes (c’est à dire lescastes les plus basses, dont les dalits), qui représenteront 30% de nos élèves. Lors de la promotion de l'école, nous porterons aussi une attention particulière à la communication auprès des filles dont nous garantirons une large représentation afin que leurs acquis contribuent à l'amélioration du statut social des femmes dans la région. 

 


Résultats attendus

  • Une école anglophone est mise en place ;
  • D'ici la troisième année de fonctionnement, l'école compte 350 élèves ;
  • D'ici la troisième année de fonctionnement, 11 degrés sont ouverts : 3 années de maternelle et 8 années de primaire ;
  • Plus de 90% des élèves sortants avec succès pourront s'inscrire dans une école secondaire de qualité  ;
  • Les jeunes issus des castes les plus basses disposent d'outils qui leur permettent de sortir de la précarité, de s’intégrer dans la société et ainsi d’améliorer leurs conditions de vie ;
  • Tous les frais opérationnels de l'école sont couverts ;
  •  A long terme, les revenus de l'école permettent de couvrir entièrement les coûts de l'école gratuite Gyan Niketan.

Durabilité

  • Nous prévoyons que l'école anglophone soit entièrement autonome dès sa seconde année de fonctionnement.
  • Dès la fin de sa troisième année d’activité, nous escomptons dégager un bénéfice suffisant pour couvrir les coûts du projet One Meal A Day qui lutte contre la malnutrition infantile en offrant un repas quotidien équilibré à tous les élèves de l’école Gyan Niketan.
  • Dès la troisième année de fonctionnement, OneAction se désengagera progressivement de la gestion de l'école anglophone et se concentrera sur le développement de nouveaux projets sociaux, comme, par exemple, l’établissement d’une bourse pour les jeunes filles de l'école Gyan Niketan. L'objectif est aussi de graduellement générer suffisamment de revenus pour couvrir l'ensemble des coûts de fonctionnement de l'école Gyan Niketan.

Le projet en quelques chiffres

 

  • Environ 350 enfants seront formés annuellement dans l'école anglophone à partir de 2020 ;
  • Chaque année, plus de 450 enfants et membres des familles bénéficient indirectement de l'école anglophone ;
  • Plus de 90% des élèves sortants pourront s'inscrire dans une école secondaire de qualité ;
  • 100% des frais opérationnels de l'école anglophone seront couverts dès la seconde année de fonctionnement.